1 Fév, 2022 | Veille juridique

Vidéosurveillance et moyen de preuve illicite

Dans un arrêt en date du 10 novembre 2021 (Cass. soc., 10 novembre 2021, n°20-12.263), la Cour de cassation, tout en rappelant les règles qui s’imposent à la mise en place d’un système de vidéosurveillance par l’employeur, précise qu’une preuve illicite n’est pas forcément irrecevable.

Cet arrêt offre un parfait exemple de la nécessaire conciliation entre le droit du respect de la vie personnelle du salarié et le droit à la preuve.

Dans cette affaire, un système de vidéosurveillance permettant d’assurer la protection et la sécurité des biens et des personnes au sein des locaux d’une entreprise, à savoir une pharmacie, avait été mis en place.

Constatant qu’un salarié avait notamment facturé des produits à un prix inférieur au prix de vente, ce dernier était licencié pour faute grave sur la base des enregistrements de la vidéosurveillance.

La Cour d’appel considérait ces enregistrements licites, précisant que le système mis en place et destiné à la protection et la sécurité des biens et des personnes dans les locaux de la société avaient bien fait l’objet d’une information préalable des salariés et d’une consultation des représentants du personnel.

La Chambre sociale casse et annule l’arrêt rendu par la Cour d’appel.

Tout d’abord, la Cour de cassation rappelle les obligations attachées à la mise en place d’un système de vidéosurveillance.

Elle constate que le dispositif de vidéosurveillance mis en place permettait également de contrôler et de surveiller l’activités des salariés de la société, et avait d’ailleurs été utilisé à cette fin, sans que cet objectif ait fait l’objet d’une information et d’une consultation préalable des représentants du personnel.

Les enregistrements étaient donc considérés comme un moyen de preuve illicite.

La Cour de cassation ajoute que néanmoins, l’illicéité d’un moyen de preuve, au regard des dispositions susvisées, n’entraîne pas nécessairement son rejet des débats, le juge devant apprécier si l’utilisation de cette preuve a porté atteinte au caractère équitable de la procédure dans son ensemble, en mettant en balance le droit au respect de la vie personnelle du salarié et le droit à la preuve, lequel peut justifier la production d’éléments portant atteinte à la vie personnelle d’un salarié à la condition que cette production soit indispensable à l’exercice de ce droit et que l’atteinte soit strictement proportionnée au but poursuivi.

Cette solution s’inscrit dans la droite lignée de l’évolution jurisprudentielle en matière de preuve (Cass. Soc., 30 septembre 2020, n° 19-12.058 ; Cass. Soc., 25 novembre 2020, n° 17-19.523.), par laquelle la Haute juridiction avait déjà reconnu la recevabilité d’une preuve obtenue obtenue de façon illicite.

Kevin Bouleau

Nos autres actualités

Licenciement nul et droit à congés payés

Sous l’influence de la jurisprudence européenne, la Cour de cassation de cassation infléchit sa jurisprudence, considérant désormais que sauf lorsque le salarié a occupé un autre emploi durant la période d’éviction comprise entre la date du licenciement nul et celle de la réintégration dans son emploi, il peut prétendre à ses droits à congés payés au titre de cette période (Cass. soc., 1er décembre 2021, n° 19-24.766, FP-B + R).

Procédure de licenciement et convention collective

Par un arrêt en date du 22 septembre 2021 (Cass. soc., 22 sept. 2021, n° 18-22.204, FP-B), la Cour de cassation rappelle que si l’employeur n’est en principe pas tenu de convoquer un salarié à un entretien avant de lui notifier un avertissement ou une sanction de même nature, il en va autrement lorsque de dispositions conventionnelles subordonnent le licenciement à l’existence de sanctions antérieures

Contrat de travail à temps partiel et heures complémentaires

Par arrêt en date du 15 septembre 2021 (Cass. Soc., 15 septembre 2021, n°19-19.563), la Cour de cassation précise que le salarié dont le contrat de travail à temps partiel prévoit une durée de travail mensuelle peut demander la requalification de son contrat de travail en temps plein si le nombre d’heures complémentaires accomplies au cours d’une même semaine dépasse la durée légale du travail, même si l’horaire mensuel reste inchangé.